« En moyenne, la mer avance au moins de 5 mètres chaque année à Grand-Popo », entretien avec Amah Mensah, secrétaire général de la mairie de Grand-Popo

« En moyenne, la mer avance au moins de 5 mètres chaque année à Grand-Popo », entretien avec Amah Mensah, secrétaire général de la mairie de Grand-Popo

Amah Mensah est le secrétaire général de la mairie de Grand-Popo depuis 2007. Il est spécialiste en développement local et décentralisation.

Quelles sont les spécificités de la commune de Grand-Popo ?

Grand-Popo est une ville côtière du sud-ouest du Bénin, située dans la baie du Bénin, à proximité de la frontière togolaise. Nous avons avec le Togo, une frontière sur cinq arrondissements sur les 07 que compte cette commune du département du Mono.

La commune de Grand-popo s’étend sur 289 km2 avec une densité moyenne d’environ 230 habitants/km2 . Grand-Popo est la commune qui a la plus grande façade maritime parmi les cinq localités qui en disposent au Bénin. Selon les statistiques économiques, après le port de Cotonou, Hillacondji, un village de Grand-popo, poste frontalier de la localité togolaise Aneho, est le deuxième poumon de la République par rapport à l’entrée des ressources.

D’Hillacondji jusquà Grand-Popo, c’est une frontière. Quand vous essayez de contourner le fleuve Mono et vous le montez jusqu’à Athiémé, c’est toujours le Togo. Beaucoup pensent que le fait de retrouver une partie des territoires de la commune de Grand-Popo au Togo et vice-versa est naturel. C’est plutôt dû au découpage territorial opéré par le colonisateur.

Ces délimitations ne sont pas naturelles mais artificielles. Je parlerai néanmoins de voies de communication parce que les propriétaires terriens se rejoignent. La liaison étroite entre le Bénin et le Togo n’est pas forcément un frein à une cohabitation paisible, donc au lieu de parler de barrière, nous employons souvent l’expression ‘’voie de communication’’.

Depuis la frontière d’Hillacondji jusqu’à Grand-Popo, c’est le même peuple que nous avons de part et d’autre de la lagune Gbaga si bien que les noms des localités disent pratiquement la même chose. Quand on laisse Hillacondji et qu’on vient dans l’arrondissement central d’Agoué, il y a Agoué qui est au Bénin et de l’autre côté du fleuve au Togo, c’est Agouegan. L’intonation est similaire. Une astuce consiste à ajouter le nom du pays pour distinguer les villages.

Ainsi, quand vous prenez le long de la lagune, il y a Seko-Togo et Seko-Bénin, Djéta et Djéta-Togo si bien que depuis Agoué jusqu’à Djéta, des propriétaires terriens béninois se retrouvent souvent du côté togolais. Et c’est le même peuple, la même civilisation, la même tradition. En remontant le fleuve Mono pour quitter l’arrondissement central de Grand-Popo, nous avons les mêmes éléments au niveau des arrondissements d’Adjaha, de Djanglanmè et Sazué. Dans la période d’avant la colonisation, Grand-Popo-Centre était un prolongement du royaume d’Agbanakin situé au Togo.

Quels sont les atouts liés à cette proximité entre les deux pays  pour la commune de Grand-Popo?

Ce sont des réalités qui doivent motiver les dirigeants à se mettre ensemble, faire disparaitre toutes ces frontières pour favoriser le développement. Le développement, c’est la capacité de consommation, la taille de la population et du marché commun. Nous ne pouvons pas aller à une industrialisation bénéfique par exemple avec 5 millions d’habitants, avec un pouvoir d’achat limité. Si les Africains s’unissent, la bataille sera plus facile à remporter.

Quand on prend la colonie du Dahomey (Aujourd’hui Bénin), nous pouvons dire sans être prétentieux, que Grand-Popo est la première ville du Bénin. C’est ici que les Français ont installé leur premier comptoir commercial en 1727. C’était le plus grand centre commercial avec de nombreux navires.

Ainsi, quand vous prenez le long de la lagune, il y a Seko-Togo et Seko-Bénin, Djéta et Djéta-Togo si bien que depuis Agoué jusqu’à Djéta, des propriétaires terriens béninois se retrouvent souvent du côté togolais

Quand vous prenez les dictionnaires de l’époque, au niveau de Grand-Popo, on mentionne « port de l’Afrique Occidentale ». Malheureusement, les études de faisabilité pour construire dans cette ville un port en eau profonde ont révélé que l’érosion côtière allait plus tard détruire l’infrastructure. Le colon s’est alors tourné vers Cotonou pour y construire le premier wharf. La construction du port de Cotonou vient définitivement sonner le glas du grand centre administratif qu’était Grand-Popo.

L’historique du peuplement de Grand-Popo tourne d’abord autour des groupes ethniques majoritaires que sont les Xwéla, les Xuéla et les Guen ou Mina. Ces trois groupes ethniques dérivent du grand groupe ethnique Adja qui, chassé de la vallée du Nil, s’installa, après une grande migration, d’abord à Tado (Togo) au 14e siècle puis à Aplahoué (Bénin) au 15e siècle.

Quels sont les impact de l’érosion côtière et de la destruction des végétaux sur la commune et le patrimoine culturel ?

Beaucoup d’infrastructures coloniales à savoir des églises, des maisons de commerce, des édifices sont très loin dans la mer à plus de 50 mètres à cause de l’érosion côtière. Il y a même des villages qui sont engloutis par la houle de la mer. Nous craignons de perdre Avloh, le premier arrondissement et ses plus de six villages.

Tout ceci appauvrit la population. Votre concession est partie, des œuvres issues de plusieurs années de durs labeurs s’effacent en un jour sous vos yeux et vous n’avez pas la capacité de remédier à cette situation imposée par la nature. Ces familles doivent tout reprendre à Zéro.

Imaginez un peu l’impact économique. Cela agit également sur les périmètres de maraîchage, la principale activité agricole de la commune. Des endroits que les riverains exploitaient paisiblement pour nourrir leurs familles ont été engloutis par la mer. Grand-Popo risque même de disparaitre de la carte de la République du Bénin.

En moyenne, la mer avance au moins de 5 mètres chaque année à Grand-Popo et chose inquiétante, de façon soutenue. La mer est à 25 mètres de la mairie. De l’autre côté, vous avez la lagune et entre la lagune et la mer, à peine nous avons 200 ou 300 mètres.

Si les mesures idoines ne sont pas prises rapidement, c’est sûr que cette bande qui quitte Grand-Popo jusqu’à Hillacondji va disparaître bientôt sous l’effet de l’érosion côtière, et le Bénin ne parlera même plus de bande côtière. La bande côtière sera désormais togolaise, donc nous risquons de perdre tout ce territoire si le projet de protection de la côte n’est pas opérationnel.

Face à tout cela, comment garantir alors le droit des populations à un logement décent avec les projets de relogement en cours ?

Pour une première vague de recensement, nous avons identifié 179 personnes dont 77 femmes vulnérables. On y dénombre des veuves et des personnes vivant avec un handicap physique. Dans la localité, il y a des arrondissements entiers qui ne sont pas encore lotis.

Si les acquéreurs ne peuvent pas être relogés sur place, une alternative serait d’installer une grande partie des personnes concernées dans ces arrondissements. C’est un moindre risque comparativement aux vies humaines qui sont menacées et les conséquences socio-économiques désastreuses engendrées par le phénomène de l’érosion côtière.

Espérons de tous nos vœux ce sacrifice des populations même si elles sont jalouses de leur terroir. Les autochtones ne veulent pas être relogés loin parce qu’ils veulent continuer d’honorer la mémoire de leurs ancêtres, conserver leurs traditions et habitudes culturelles séculaires développées en ces lieux.

Il y a des titres fonciers entiers qui sont dans la mer ou dans le domaine maritime de l’État. Pour éviter que ces réserves de l’État, en plus de l’érosion côtière, ne subissent trop de pression humaine, la seule solution est de reloger les occupants. Il y aura ensuite un schéma d’utilisation ou d’affectation des réserves maritimes en vue de protéger pendant plusieurs années la côte. Une fois tous ces défis relevés, un autre challenge attend la commune.

Il faudra faire un suivi efficace en veillant à ce que nous ne retombions plus dans les mêmes travers. Ce sera un bel exemple de transfèrement des compétences et moyens à la commune de Grand-Popo pour qu’elle puisse après l’investissement consenti, rendre pérenne la protection de la côte.

Selon une étude de la Banque mondiale réalisée en 2019 et intitulée Le coût de la dégradation des zones côtières en Afrique de l’ouest, l’érosion a déjà coûté au Bénin 2,5 % de son PIB et nous perdons au plan national, en moyenne, 4 mètres de rivage par an sur 65 % de nos côtes. Nous nourrissons beaucoup d’espoir avec le programme de gestion des zones côtières d’Afrique de l’Ouest (WACA) dont le démarrage est imminent pour aider les pays africains à préserver leur littoral. Les études de faisabilité plus détaillées vont préciser quel type d’aménagement est indiqué pour contrer l’avancée de la mer.

En tant que spécialiste en développement local et décentralisation, quel type d’aménagement vous préconisez en rapport avec les potentialités touristiques de la commune ?

Il ne s’agit pas d’exiger des constructions ou des bétons qui dépassent ce qu’on a dans les pays développés. Je préconise d’allier le traditionnel avec une intelligence qui permettra aux touristes de dire que c’est universel mais très beau à regarder.

Quels sont les moyens de financement dont dispose la commune pour accompagner la protection côtière ?

Grand-Popo abrite plusieurs infrastructures hôtelières. La commune est un réceptacle hôtelier, un cadre balnéaire propice au tourisme. Le secteur est dominé par le privé et des opérateurs économiques qui ont vite compris qu’il fallait investir dans ce domaine.

Les plages de sable, la proximité de l’embouchure du fleuve Mono et les cérémonies du culte vaudou en font l’une des destinations touristiques majeures du pays. Le fleuve se jette dans l’Océan Atlantique par un large delta appelé « Bouche du Roy ». A partir du village d’Agbanakin, le Mono communique avec la lagune de Grand-Popo qui lui sert de relais vers l’Océan Atlantique.

Le dépôt d’alluvion émergeant à l’embouchure du fleuve et la divisant en bras de plus en plus ramifiés offre un spectacle féérique. Je fais tout ce développement pour signifier que le plus grand espoir en matière de mobilisation de ressources au profit du développement de la commune est l’offre touristique. Mais force est de constater que le partage des ressources issues de cette rente avec l’Etat central reste à ce jour, un vœu pieux.

Nous déplorons la gestion de la taxe de nuitée. Elle est passée actuellement à 1000 FCFA. Avant, l’État prélevait 500 FCFA. Quand un touriste vient dans la commune et veut repartir le lendemain, il paie la taxe de nuitée. Si la nuitée est à 2000 F par exemple, il ajoute 1000 F que l’État collecte. La commune se sent lésée. Cet argent devrait revenir à la collectivité.

Ce système qui écarte la commune est en place avant la décentralisation et perdure. Même si c’est une partie de la taxe de nuitée, il faut la verser aux communes qui abritent ces hôtels pour améliorer leurs ressources. Puisqu’il s’agit d’une taxe locale, on peut permettre à la commune de la collecter ou alors le service des impôts collecte et ensuite la verse aux localités concernées.

C’est le moins qu’on puisse faire à la commune qui ne manque pas d’accompagner l’État. Aujourd’hui, notre ratio en termes de disponibilité de personnel de santé est mieux par rapport à d’autres communes même si le gap à combler encore n’est pas négligeable.

Pour en arriver là, il a fallu depuis 2011, que la mairie accompagne le gouvernement en recrutant du personnel sanitaire pour un coût annuel de 8 millions de FCFA. Ainsi, le médecin-chef de la commune de Grand-Popo, un infirmier, une sage-femme et 5 aides-soignantes sont des agents de la mairie. Il est donc légitime que nous réclamions plus de moyens. La collecte de la taxe de nuitée par l’État, empêche une prise en main du secteur hôtelier par la commune.

L’érosion côtière impacte négativement les moyens de subsistance des populations. On a remarqué que pour poursuivre le maraîchage qui est leur principale source de revenus, les habitations sont sollicitées. Les occupants sont alors exposés aux intrants chimiques. Que fait la mairie par rapport à cette situation ?

Avec un dense patrimoine fluvial auparavant, la pêche était la première activité, mais elle a connu un déclin.  Aujourd’hui, il n’y a plus de comparaison à faire entre le maraichage, la pêche maritime et la pêche continentale qui n’existe plus. Les maraichers prédominent.

Nous venons de réaliser une étude intitulée « Étude d’impact environnemental sur l’usage des pesticides et intrants agricoles dans les arrondissements de Gbéhoué, Grand-Popo et Agoué dans la commune de Grand-Popo et proposition d’un plan de résilience ». Notre nappe phréatique n’est pas très loin. A 1 mètre ou deux mètres et demi, vous avez la nappe. Cette eau est en même temps utilisée pour les besoins essentiels des ménages.

La collecte de la taxe de nuitée par l’État, empêche une prise en main du secteur hôtelier par la commune

Les producteurs utilisent des composts fabriqués à base de produits végétaux. Personnellement, je suis foncièrement contre cette méthode qui consiste à fabriquer des composts pour faire une agriculture moderne. Chaque fois que l’Européen ou l’Occidental veut travailler, il diminue la pénibilité du travail.

Chez nous, c’est le contraire qui s’observe. Sur un hectare de maraichage, vous voyez déjà combien de sacs de compost il faudrait transporter jusqu’au champ. Vous avez trois mille planches, il vous faut à peu près trois mille sacs de compost.

Les grandes écoles agronomiques que nous avons doivent nous proposer l’itinéraire technique à suivre et surtout, il faut être sélectif et nous dire tel type d’engrais correspond à telle production. Les produits maraichers ne dépassent pas trois mois. A quel moment utiliser l’engrais pour avoir un résultat fiable et quel type d’engrais est moins nocif pour l’environnement ?

Le maraichage est un travail très méticuleux, fastidieux et les réponses à ces questions vont permettre aux producteurs d’avoir un retour sur investissement sans compromettre leur cadre de vie. Si c’est pour une consommation familiale où vous avez deux, trois ou quatre planches, vous pouvez utiliser du compost mais si c’est pour une production à grande échelle, sur des hectares, cette méthode n’est pas efficace.

La pêche ayant connu aussi un déclin, l’océan étant chargé des déchets de phosphate, les zones de production sont fortement et presque annuellement inondées. Les maraîchers de Grand-Popo n’ont parfois pas le choix et produisent dans les maisons.

Parlez-nous un peu de la pression sur les mangroves et le lien avec les activités génératrices de revenus pour les femmes  

Aujourd’hui, quand vous investissez dans le domaine de la plantation, de la recolonisation de l’espace par la mangrove, vous attirez des investissements verts vers votre pays. Pour rappel, la mangrove est une formation végétale constituée de forêts de palétuviers qui fixent leurs fortes racines dans les baies aux eaux calmes où se déposent boues et limons.

Les ressources forestières et halieutiques croissent facilement dans ce milieu. Seulement, pour la production du sel, les femmes coupent les espèces de mangrove, cette activité exige une forte utilisation de bois pour le feu. Il s’ensuit l’érosion des sols, l’ensablement des cours d’eau.

Le conseil communal a alors pris des dispositions pour préempter les zones de mangroves. On parle de plus de 9500 hectares de mangroves qui font surtout partie intégrante des quatre sites RAMSAR du Bénin reconnus au plan international comme sites de zone humide. Il faut diminuer la pression sur les mangroves en initiant des activités génératrices de revenus pour les populations, notamment les femmes.

Sur la question de l’eau potable, la commune a des difficultés compte tenu de la nature du sol. Comment se fait-il qu’une localité qui a une grande façade maritime puisse encore souffrir du manque d’eau et d’électricité ?

Le réseau hydrographique de la commune est composé du fleuve Mono, de la lagune de Grand-Popo puis de la série d’affluents et d’effluents. Et pourtant, les arrondissements souffrent du manque d’eau. Il arrive des moments où l’adduction d’eau villageoise est en panne.

En ce qui concerne l’accès à l’eau, l’on est très mal loti. Les arrondissements d’Agoué et de Grand-Popo sont sur le réseau de la Société nationale de distribution d’eau potable. Cinq autres arrondissements sont alimentés par le réseau d’adduction d’eau villageoise (AEV). A ce niveau, la source d’eau est saumâtre. Et le niveau de technicité ne permet pas de fournir l’eau potable aux populations de manière continue.

Les gens passent même toute une semaine sans eau parce que simplement un tuyau est cassé quelque part. Les investigations prennent du temps et parfois, les techniciens disent que le matériel à changer n’est pas au Bénin et qu’il faut se déplacer.

Le dispositif qui est là actuellement, c’est par rapport à la population qui réside de manière permanente sur le territoire de la commune. Or nous voulons développer le tourisme. Dès qu’il y a un peu d’affluence dans la commune, vous tournez le robinet, vous n’avez rien parce que la demande est très forte.

C’est paradoxal. On a de l’eau mais on est en train de souffrir de l’eau. L’année dernière a été une année très sèche. Depuis novembre jusqu’au mois de mai, nous n’avons enregistré la moindre goutte de pluie. C’était catastrophique pour beaucoup de producteurs et cultivateurs. Nous sommes entourés d’eau. La commune est inondable à 80 % mais nous n’avons pas les infrastructures adéquates pour mieux exploiter cette ressource. Même moi qui vous parle, j’ai une plantation de banane plantain.

Je l’ai installée l’année dernière dans le mois de mars et déjà vers novembre, j’ai eu les premiers régimes et les premières ventes ont suivi. Comme la pluie n’est pas venue, nous avons raté la petite saison, les plants se sont asséchés, ils sont devenus fragiles et sous le coup du vent, j’ai perdu toute la plantation, près de 1800 pieds de banane plantain, tout est à terre. C’est maintenant que je me relève peu à peu. Or il y a beaucoup de débouchés ici liés à la banane plantain.

L’exécutif envisage un aménagement de 1500 hectares à Grand-Popo pour pouvoir capter cette eau et l’utiliser pour la production. Les communes n’ont pas les moyens pour les projets d’envergure.

La commune est inondable à 80 % mais nous n’avons pas les infrastructures adéquates pour mieux exploiter cette ressource

Nous avons la lagune Gbaga qui, avec l’aménagement du barrage hydroélectrique de Nangbéto, a de l’eau douce en permanence dans son lit. Si on aménage cette lagune qui disparait déjà, on peut utiliser cette eau pour faire le maraichage au lieu de faire des forages pour recueillir l’eau souterraine ou de la nappe phréatique.

Un autre problème auquel la commune est confrontée est l’intrusion saline dans les forages au niveau des sites de maraichage. L’eau salée de la mer pénètre l’eau de la souche si bien que ça agit sur la rentabilité des périmètres de maraichage.

Est-ce facile de relever tous ces défis en tant que commune frontalière ?

Le Togo pour nous, n’est pas un autre pays. Quand nous allons au Togo, nous nous estimons au Bénin. Il existe même une coopération décentralisée avec la commune sœur d’Aného du lac 1. Avec l’appui d’un partenaire identique, nous sommes en train de mettre en place un même plan d’aménagement, de mobilisation des ressources et de gestion des infrastructures marchandes.

Nous avons compris qu’entre Aného et Grand-Popo, il y a beaucoup de similitudes. Notre ambition est d’avoir une même politique de développement pour nos populations qui partagent les mêmes us et coutumes. Cela facilitera l’application des décisions du conseil communal.

Désormais, l’accent est mis sur la coopération sud-sud. Pour Grand-Popo, c’est la voie royale pour atteindre le développement local dans les communes frontalières. Après cette coopération avec Aného, il y aura une deuxième coopération avec Aclakou qui fait frontière avec plusieurs arrondissements du nord de Grand-Popo.

Vous avez l’une des fêtes identitaires les plus vieilles du pays. Il s’agit de « Nonvitcha » qui a célébré son centenaire en 2021. Comment peut-on mieux valoriser ces évènements culturels qui contribuent au développement local ?

Le développement, c’est l’homme. On dit ici Nonvitchagbé qui veut dire en français, que « les frères parlent d’une même voix ». C’est une initiative des pères fondateurs qui ont voulu que la population de Grand-Popo installée à travers le monde se retrouve régulièrement pour célébrer la fraternité. Nonvitcha sait comment réunir la diaspora. Ce facteur seul peut déjà agir très favorablement sur la mobilisation des ressources.

Nous avons compris qu’entre Aného et Grand-Popo, il y a beaucoup de similitudes. Notre ambition est d’avoir une même politique de développement pour nos populations qui partagent les mêmes us et coutumes. Cela facilitera l’application des décisions du conseil communal

Les organisateurs ont compris que le développement local est l’affaire de tous. Les natifs de Grand-popo qui vivent dans les autres pays africains constituent par ailleurs un élément clé de cette stratégie. La diaspora panafricaine n’est pas à négliger dans la mobilisation des ressources intellectuelles, financières et humaines au profit de l’essor des communes. On parle peu de cette couche à mon avis.

La mairie est de plus en plus associée aux opérations de sponsoring de cette fête identitaire par le Bureau exécutif fédéral de Nonvitcha. L’opinion publique déplore le manque de financement d’activités et micro-projets sans chercher à savoir ce qui se passe réellement sur le terrain.

La mairie est de plus en plus associée aux opérations de sponsoring de cette fête identitaire par le Bureau exécutif fédéral de Nonvitcha

Quand vous allez dans le marché central de Grand-Popo, vous allez voir des hangars à l’effigie de Nonvitcha. Au centre de santé de Grand-Popo, l’année dernière, avant la fête, les organisateurs ont fait un don de deux lits de réanimation pour les femmes qui accouchent.

Ce matériel n’existe même pas dans toutes les structures sanitaires de la commune, donc les cadres qui sont dans cette association font beaucoup d’efforts. Nonvitcha donne même des bourses aux étudiants de Grand-Popo.

La mairie est de plus en plus associée aux opérations de sponsoring de cette fête identitaire par le Bureau exécutif fédéral de Nonvitcha.

A part ces investissements, à la veille de chaque fête désormais, ils inaugurent des infrastructures. A chaque fête de Nonvitcha, toute l’économie locale bénéficie un souffle.

 


 

Crédit photo : wacaprogram.org

Add Comment