Plan quinquennal droits humains et le VIH du Bénin (2020-2024), Secrétariat exécutif du conseil national de lutte contre le VIH/SIDA la tuberculose le paludisme les IST et les épidémies (SE/CNLS-TP), 2020

Plan quinquennal droits humains et le VIH du Bénin (2020-2024), Secrétariat exécutif du conseil national de lutte contre le VIH/SIDA la tuberculose le paludisme les IST et les épidémies (SE/CNLS-TP), 2020

Les Wathinotes sont des extraits de publications choisies par WATHI et conformes aux documents originaux. Les rapports utilisés pour l’élaboration des Wathinotes sont sélectionnés par WATHI compte tenu de leur pertinence par rapport au contexte du pays. Toutes les Wathinotes renvoient aux publications originales et intégrales qui ne sont pas hébergées par le site de WATHI, et sont destinées à promouvoir la lecture de ces documents, fruit du travail de recherche d’universitaires et d’experts.

Auteur : Secrétariat exécutif du conseil national de lutte contre le VIH/SIDA la tuberculose le paludisme les IST et les épidémies (SE/CNLS-TP)

Type de publication: Rapport

Date de publication : 2020

Lien vers le document original

 

Obstacles liés aux droits humains qui entravent l’accès aux services contre le VIH et la tuberculose

La stigmatisation et la discrimination constituent des entraves aux droits de l’homme et mettent en danger la vie des personnes vivant avec le VIH ainsi que celle des populations clés. Une étude récente a mis en lumière les obstacles liés aux droits de l’homme qui entravent les services de lutte contre le VIH et la tuberculose.

En 2017 et 2018, une évaluation de base a été réalisée avec le soutien du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme par le biais de son initiative  » Breaking Down Barriers « . Cette évaluation a identifié les obstacles qui entravent l’accès des populations clés et vulnérables aux services contre le VIH et la tuberculose.

Les principaux obstacles liés aux droits humains recensés par l’analyse documentaire et la collecte de données dans le pays sont les suivants :

  • Rejet social et discrimination au sein de la communauté, exercés par les forces de l’ordre, des membres de la famille et dans le cadre des soins de santé ;
  • Défaut d’application des lois et politiques conçues pour protéger les populations clés et vulnérables, pratiques policières illégales, notamment violence et abus de la police à l’encontre des travailleuses du sexe et des personnes vivant avec le VIH, exacerbés par une protection policière insuffisante des personnes dont les droits humains sont bafoués par d’autres membres de la communauté ;
  • Politiques vagues qui nuisent au strict respect par les soignants de la confidentialité sur le statut sérologique VIH (personnes vivant avec le VIH) ;
  • Accès insuffisant aux services juridiques et connaissance insuffisante des protections que confère la loi ;
  • Discrimination et violence fondées sur le genre, en particulier à l’égard des travailleuses du sexe et des femmes vivant avec le VIH, y compris des femmes mariées maltraitées ou mises à l’écart par leur conjoint ou la famille élargie de celui-ci lorsqu’elles révèlent leur statut.

Le plan national quinquennal Droits humains et VIH

 Objet

Ce plan quinquennal national réunit deux priorités importantes pour le Bénin : mettre fin à l’épidémie de VIH dans le pays et garantir le droit au meilleur niveau de santé possible pour tous à l’intérieur de ses frontières.

Ce plan vise à réduire les obstacles liés aux droits de l’homme qui entravent l’accès aux services de lutte contre le VIH et, ce faisant, à garantir l’accès aux services de santé liés au VIH pour tous, y compris les groupes de populations marginalisées.

Ce plan définit une réponse globale aux obstacles liés aux droits de la personne qui entravent l’accès aux services liés au VIH au Bénin pour les personnes vivant avec ou affectées par le VIH. En particulier, le plan cherche à réduire la stigmatisation et la discrimination dont sont victimes les personnes vivant avec ou affectées par le VIH ; à donner aux personnes affectées par la maladie les moyens de jouir et/ou de défendre leurs droits ; et à supprimer les obstacles juridiques, politiques et pratiques qui entravent l’accès des personnes aux services de lutte contre le VIH qui sauvent des vies.

Ce Plan est aligné sur le Plan Stratégique National Intégré orienté vers l’Elimination du VIH/Sida, de la Tuberculose, du Paludisme, des Hépatites, des Infections Sexuellement Transmissibles et des Epidémies (PSNIE) 2019-2023, qui s’engage à adopter une approche fondée sur les droits humains et l’équité face aux épidémies.

Ce plan vise à réduire les obstacles liés aux droits de l’homme qui entravent l’accès aux services de lutte contre le VIH et, ce faisant, à garantir l’accès aux services de santé liés au VIH pour tous, y compris les groupes de populations marginalisées

Il fait progresser les engagements du Bénin dans le cadre de la Déclaration politique sur le VIH et le sida de 2016 « Sur la voie rapide pour accélérer la lutte contre le VIH et mettre fin à l’épidémie de sida d’ici à 2030 », la Déclaration politique de 2018 de la Réunion de haut niveau des Nations Unies sur la tuberculose, et les objectifs de développement durable des Nations Unies pour 2030.

Le plan est également aligné sur les engagements du pays à protéger et à promouvoir les droits de l’homme, y compris ses dispositions constitutionnelles sur les droits de l’homme, les instruments juridiques régionaux tels que la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples, et les déclarations et conventions internationales, telles que la Déclaration universelle des droits de l’homme et les Pactes internationaux relatifs aux droits civils et politiques et aux droits économiques, sociaux et culturels.

Théorie du changement

Un ensemble important de documents a montré que les obstacles liés aux droits de l’homme, tels que la stigmatisation et la discrimination, une connaissance insuffisante des droits et de l’accès à l’assistance juridique, les obstacles juridiques et politiques et la discrimination fondée sur le sexe, peuvent entraver considérablement l’accès aux services liés au VIH, en particulier pour les populations clés et vulnérables.

Non seulement ces obstacles laissent ces populations sans accès à des traitements potentiellement salvateurs – et donc exposées au risque d’importants préjudices sanitaires évitables – mais ils mettent également en péril les efforts de la société pour atteindre les objectifs internationaux et nationaux visant à mettre fin aux maladies, tels que les objectifs 90-90-90 pour le VIH. Il est donc essentiel de réduire ces obstacles pour garantir les droits de l’homme et pour éliminer le VIH en tant que problème de santé publique.

L’ONUSIDA et le Fonds mondial ont identifié sept types de programmes pour le VIH qui se sont avérés efficaces pour réduire ces obstacles (cf tableau 1). Cependant, au Bénin, ces programmes sont actuellement mis en œuvre à une échelle relativement petite – trop petite pour affecter de manière significative les impacts négatifs de ces barrières.