Borgou

Borgou

Le département du Borgou est le plus vaste du Bénin (23% du territoire national). Il recèle d’importants atouts et potentialités qui devraient lui assurer un décollage économique. Malgré sa richesse, il connaît un retard dans le développement économique. Ce retard s’est aggravé par la crise économique internationale conjuguée aux retombées de la dévaluation du franc CFA survenue le 11 janvier 1994.

SITUATION GEOGRAPHIQUE

Le Borgou est un département situé à l’Est du Bénin, limitrophe du Nigeria, ainsi que des départements de l’Alibori, de l’Atacora, des Collines et de la Donga. Sa population 1 202 095 habitants (2013), sa densité de 46 hab. /km2, superficie de 2 585 600 ha soit 25 856 km2. Le Borgou est peuplé en majorité de Bariba, Peul, Dendi et Yoruba Les communes de Borgou Le Borgou compte huit (8) communes: Bembèrèkè, Kalalé, N’Dali, Nikki, Parakou (la préfecture).[1] Il fait frontière avec la République du Burkina-Faso au Nord-Est, au Nord par la République du Niger et à l’Est par la République Fédérale du Nigeria[2].

ASPECT DEMOGRAPHIQUE

La population du département du Borgou est passée de 724 171 habitants au RGPH3 de 2002 à de Au dernier 1 214 249 habitants dont 607 013 hommes contre 607 236 femmes au RGPH4 de 2013. Le rapport de masculinité et passé de 99,6 hommes pour 100 femmes en 2002 à 100 hommes pour 100 femmes. C’est un département à fort taux de croissance 4,68 contre 3,52 pour le niveau national et un poids démographique de 14% selon le RGPH4.

La densité moyenne est passée de 28 habitants au km² en 2002 à 47 habitants au km² en 2013. Cette densité présente des disparités à l’intérieur du département passant de 31 habitants au km² dans la commune de Tchaourou à 579 habitants au km² dans celle de Parakou. En plus de Parakou, ville à statut particulier et capitale du département (255 478 habitants), on y compte 5 autres communes qui ont franchi la barre des 100 000 habitants.

Il s’agit de : Tchaourou (223 138 habitants), Kalalé (168 882 habitants), Nikki (151 232 habitants) et Bembèrèkè (131 255 habitants). Le Borgou est un département fortement agricole car environ 66% de sa population s’occupe de l’agriculture répartie 83 275 ménages de type agricole. Les groupes sociolinguistiques les plus rencontrés sont : les Bariba et apparentés 37,6%, les Peulh ou Peul dans une proportion de 33,0% et dans une moindre mesure les Gua ou Otamari et apparentés 7,6%. Du point de vue de la pratique religieuse, l’islam est plus pratiqué (69,8%), suivi de la religion catholique (15%)[3].

ASPECT CULTUREL

Le département du Borgou présente un intérêt touristique du fait de la prédominance du caractère historico-culturel de cette région dont la fête de la Gani, annuellement organisée à Nikki, capitale historique des Batombu, constitue une manifestation de taille. La fête de la Gaani est une fête traditionnelle qui se déroule à Nikki, au début de l’année et précisément dans le troisième mois lunaire selon le calendrier Bariba.

Elle est devenue aujourd’hui une fête identitaire qui rassemble non seulement des peuples ayant une même expression culturelle et linguistique, mais aussi ceux ayant un destin commun. Elle dure deux jours et c’est l’occasion pour le roi Baatonu de Nikki de recevoir des cadeaux et aussi de lui présenter les vœux de nouvel an[4].

Parakou, ville cosmopolite, abrite un marché haut en couleur et dispose d’un musée de plein air. De Parakou, le touriste peut visiter les villages de Tourou et Gnou réputés pour leurs poteries, Nikki, ancienne et historique capitale du monde Bariba, les caïmans sacrés de Dawari et Sinendé, la tombe de Bio Guerra, héros national à Baourou (Bembèrèkè) etc…[5] La commune de Sinendé est aussi connue sous le nom de la terre des Bona Koné en raison du caïman sacré de la localité, célèbre pour sa capacité de don en matière de fécondité. L’autel de cette divinité, situé en plein cœur de la ville de Sinendé, constitue aujourd’hui la poubelle de la cité. C’est un grand tas d’ordure qu’on y retrouve. Et l’histoire de Bona Koné, le caïman sacré est presqu’un conte de fée[6].

ASPECT ECONOMIQUE

L’agriculture est l’évènement clé capable d’influencer toutes les autres activités économiques de la région.La dévaluation du franc CFA survenue le 11 janvier 1994, mérite d’être signalée car elle a bouleversé toutes les activités économiques des pays de l’UMOA en général. Elle devrait permettre la relance des activités économiques de ces pays. Pour le cas du Département, la dévaluation a permis de porter une attention particulière à la culture du coton au point où une longue campagne a été menée par le Gouvernement pour demander le couplage de la culture du coton à celle des vivriers.

Huit (08) usines d’égrenage de coton sont implantées dans cette région. A la campagne 1996-1997, la capacité d’usinage est évaluée à 260.000 T de coton et 450.000 pour l’ensemble du pays. La révision à la hausse du prix du coton graine après la dévaluation (165f à 200 f) a incité les producteurs à changer en faveur du coton. Les cultures vivrières, toutes espèces confondues ont connu une évolution appréciable et l’autosuffisance alimentaire est devenue une réalité dans le Département. Les excédents sont exportés vers les autres Départements ou pays limitrophes. Sur le plan national, le Borgou est le premier producteur d’igname, le deuxième producteur de maïs et de haricot[7].

On remarque que la branche « agriculture, pêche et chasse » occupe plus des deux tiers de la population active de toutes les communes sauf celle de Parakou (11,8%). Le commerce, restauration et hébergement est prépondérant dans les communes de Parakou (32,1%), N’Dali (10,1%) et Bembèrèkè (9,5%). Les branches « autres services » et « transports et communication » sont surtout développées dans la commune de Parakou : respectivement 20,3% et 11,1%[8].

ORGANISATION ADMINISTRATIVE

Conformément à l’article 32 de la loi n°97-028 du 15 Janvier 1999 portant Organisation de l’Administration territoriale de la République du Bénin, les grandes villes disposent d’un statut particulier défini par la loi qui en détermine les critères d’applicabilité. La loi fixe la liste des communes auxquelles s’applique ce statut. Ainsi, la loi n°98-005 du 15 Janvier 1999 portant organisation des communes à statut particulier érige Parakou du Borgou au rang de deuxième ville à statut particulier après Cotonou et avant Porto-Novo.

Il s’agit là incontestablement d’une spécificité administrative pour ces départements qui abritent des communes à statut particulier puisqu’une de leurs territoires au moins, a une pleine autonomie de gestion sur certaines questions à savoir l’enseignement, la communication, le transport et la sécurité.

L’organisation administrative du Borgou compose l’ensemble des structures qui concourent à la vie du territoire qu’il partageait avec le département de l’Alobori avant le partionnement opéré par la réforme de l’administration territoriale. On peut évoquer des Institutions Politiques et Administratives du Département et la société civile (Association de développement, syndicats, organisation des jeunes, autorités traditionnelles, religieuses, association des femmes, opérateurs économiques, ONG, Unions des producteurs des Sous-Préfectures, Partis politiques). Cette administration territoriale compte 43 arrondissements et 541 villages et quartiers de ville répartis dans 08 communes.

Commune de Bembèrèkè : Superficie : 3348km2 ; 05 arrondissements et 58 villages.

Commune de Nikki : Superficie : 3172km2 ; 07 arrondissements ; 91 villages.

Commune de Sinendé : Superficie : 350km2 ; 04 arrondissements ; 43 villages.

Commune de Kalalé : Superficie : 3586km2 ; 06 arrondissements ; 76 villages.

Commune de Parakou (Chef-lieu et deuxième ville à statut particulier du Bénin) Superficie : 441km2 ; 03 arrondissements ;  58 quartiers de ville.

Commune N’dali : Superficie : 3748km2 ; 05 arrondissements ; 64 villages.

Commune de Pèrèrè : Superficie : 2150km2 ;  06 arrondissements ; 61 villages.

Commune de Tchaourou :  Superficie : 7256 km2 ; 07 arrondissements ; 90 villages.


[1] « Le Département du Borgou », https://www.voyage-benin.com/infos-pratiques/les-regions-du-benin/le-departement-du-borgou

[2] « La préfecture de l’Alibori-Borgou » https://decentralisation.gouv.bj/la-prefecture-de-lalibori-borgou/

[3] Institut National de la Statistique et de L’analyse Economique, Cahier des villages et quartiers de ville du département du Borgou (RGPH-4, 2013), 2016, p. 4

[4] Patrimoine Bénin, « Gaani, fête annuelle à Nikki, aire culturelle Baatonu », en ligne, http://www.patrimoinebenin.org/index.php/recherche-images/780-gaani-fete-annuelle-des-baatombu-a-nikki-aire-culturelle-bariba

[5] Voir Ambassade et Mission Permanente du Bénin à Genève, « Département du Borgou », https://missionbenin.ch/departements-du-benin/borgou/

[6] Cf. « Sinendé : Les derniers abris des caïmans sacrés menacés », https://www.laperchedunord.info/sinende-les-derniers-abris-des-caimans-sacres-menaces/

[7]Ministère de la Décentralisation et de la Gouvernance Locale, « La Préfecture du Borgou », en ligne, https://decentralisation.gouv.bj/la-prefecture-de-lalibori-borgou/

[8] Institut National de la Statistique et de L’analyse Economique, Cahier des villages et quartiers de ville du département du Borgou (RGPH-4, 2013), p. 5